Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du chardon varois
  • : Actualité politique, locale régionale et nationale. Apportez vos idées, vos critiques, participez activement à votre devenir.
  • Contact

chardon.varois

 C69600-111.GIF             L'ecole de ma jeunesse.
             Je suis de la génération, de ceux qui ont fréquenté l'école publique  des garçons  pendant les années 45/55,  dans ma région de Provence, dans une ville garnie de palmiers . Pas  de cantine scolaire ou peut-être pas de moyen financier pour régler  celle-ci ?

. La rentrée l : le  matin 8h30 /11h 30,  l'après-midi 13h30 /16h30 (Le jeudi et le dimanche  campos...Bref, nous avions 6h de cours par jour entre-coupées de moments de récréation. Un seul chef, l'institueur et qu'il ne fallait surtout pas être présenté pour un motif de discorde. 
Les disputes, les bagarres les réglements de compte allaient bon train pendant les récréations et parfois dans les couloirs conduisant à la salle de cours. Lorsque les coups reçus étaient  tros durs à supporter, l'ont s'arrangeaient, pour se retouver à la sortie de l'école pour régler nos comptes. .Les instituteurs, professeurs, faisaient offices  de surveillants, lorsqu'ils nous épinglaient en train de nous battre, la sanction était immédiate : "Retenue pour les antagonistes"...C'est à dire au lieu de quitter l'école à la cloche de 16h30, il fallait rester 1 heure de plus avec obligation de faire les devoirs du soir.... Le bagne ?.....Non la simple mise en condition, pour pouvoir vivre plus tard en société. En plus, il fallait en arrivant au domicile justifier une rentrer tardive.
 Le seul  endroit ou nous n'osions pas nous chamailler ,  le jeudi,  au cathéchisme, où tous les enfants du quartier se retrouvaient.
 Dans notre école, il y avait des blancs et ceux  que nous appellions "les bicots" en très petite minorité...Enfants issus des familles musulmanes dont les pères avaient participé à la dernière guerre, comme soldats de l' Armée d'Afrique...Eux, nous appelaient les "Patos" français de souches.. .A aucun moment de  cette période, il n'y a trace de racisme, d'islamisme, d'antisémisme. Les enseignants n'étaient pas encore passés par la folie destructrice de 1968, ou il a été décidé "Mr COHN BENDIT" doit s'en souvenir, qu'il est interdit d'interdire...Nous voyons aujourd'hui le résultat...Personne ne contrôle plus rien, les seuls endroits où les établisssments scolaires semblent être encore à l'abri de la délinquence se sont les écoles privées, catholiques, juives et  musulmanes.    Le seul endroit ou la police n'a pas encore été appelée. Du moins à ma connaissance. , peut-être est-ce le résulat d'une sélectivité ou chaque communauté se replie sur elle même. Alors si c'est cela, adieu la France, telle que nos parents, grand parents, se sont battus pour nous laisser un héritage que nous ne savons pas conserver.
Inutile de rêver tout éveillé les fiers  et rudes Gaulois de Charles Martel,  ont  disparu ! 732 ne reviendra pas.
                                                                                               -0000-
Je suis de droite et le revendique : (09.10.2009)

    En FRANCE, l'opinion politique est très majoritairement à droite. C'est normal: ! Quel avenir peut  avoir le socialisme marxiste à notre époque. Il suffit de constater les dégâts commis dans les pays ou il a été en vigueur.

Un pourcentage important  (72%) de français  estiment que les syndicats doivent être financés uniquement par les cotisations de leurs adhérents, et non par des subventions des contribuables.....Normal non ?
Plus de 80% de Français considèrent que le niveau élevé des dépenses publiques n'est pas favorable à l'emploi...Une évidence!
Beaucoup restent favorables à la peine de mort pour les violeurs d'enfants récidivistes ou pour les terroristes.  La  liste  
n'est  exhaustive.
Une    écrasante majortié est hostile à l'adoption d'enfants mineurs par des couples homosexuels..Un enfant doit grandir avec des repères un homme pour père, une femme pour mère.
La liste pourrait être encore plus longue, en y ajoutant tous ce que les français, souhaitent et réclament.

     Pourant depuis 30 ans; notre pays a toujours été gouverné soit par la gauche, soit par des gouvernements soi-disant "de droite" mais ayant   mené pour l'essentiel, une politique de gauche! C'est ce que j'appelle la " fausse droite".

La raison de cette situation ? :

 Parce que  si la gauche est minoritaire dans l'opinion elle est ULTRA-MAJORITAIRE dans les médias. Envrron 80% des journalistes votent à gauche et même parfois à l'extrème gauche. Ils pensent à gauche et ils écrivent à gauche et vous savez bien que les politiciens sont extrêment sensible à l'opinion des médias.




                                                                                                                                          C.V

Emprunt ou pas Emprunt ?

               
Le Président de la République a  fixé l'emprunt de l' Etat à 35 millards d'Euros !..Folie , dirons certains, une France très endettée , au bord de la faillite qui emprunte à nouveau c'est suicidaire.

                 Si la France n'empruntait pas elle n'existerait plus au 1er octobre, géré comme il est notre pays n'a plus un sou pour payer ce qu'il doit payer pendant les trois derniers mois de l'année. Sans emprunt, les fonctionnaires de toutes catégories, les militaires, les magistrats etc. ne seraient plus payés. Les entreprises publiques toutes en déficit ne recevraient plus d'allocations. Il n'y aurait plus de train, plus de RER, plus de métro, plus de postes, plus d'indemnités pour les 3 millions de chômeurs, plus de sécurité sociale, plus de sécurité tout court, plus rien. Ce serait dans les quinze jours la guerre civile et le grand soir du pillage général qu'attendent les immigrés depuis tant d'années. Sommes nous donc  victimes d'une fatalité  inexorable ?
Eh bien pas du tout. En 1974, le budget était en équilibre. Ce fut la dernière année. La dette publique était inexistante impérativement proscrite par le Général de gaulle  (encore lui ;) qui rejetait l'idée d'être le Chef d'un Etat débiteur et mendiant. C'est dire qu'une saine gestion  est tout a fait possible à la condition que l'on utilise pas les deniers de l'Etat qui proviennent de l'impôt versé par les particuliers et les entreprises pour alimenter une démagogie électoraliste tous azimuts.

                                                    ------------------------------00000000000000000-----------------------------------------




 Le terrorisme.

DEVRONT-ILS INTERVENIR ENCORE UNE FOIS, MAIS EN METROPOLE CETTE FOIS ?







notre-dame depart



bouton sita




 

  

 


Recherche

TEXTE LIBRE

                          Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses idées,  et celui  de recherche, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations par quelque moyen que ce soit.
(Déclaration internationale des droits de l'homme par l' ONU, le 10 Décembre 1948)
               


                                   Le système démocratique français, s'il présente les apparences immaculées de l'équité, écarte volontairement une partie de son électorat par divers tripatouillages: Découpage savant des territoires, refus obstiné de la proportionnelle, alliances  et  mésalliances, etc. Le résultat ? La mouvance dite de droite nationale, qui a représenté jusqu"à un électeur sur cinq, et qu'on tient pour un ramassis de citoyens de seconde zone, est absente  des  instances démocratiques depuis vingt-cinq ans. Même si l'on est adversaire de ce camp, comment justifier un tel apartheid?
                                                                                                            Grégoire DUHAMEL, Rivarol 22.01.09

                                   Nous courons sans souci dans le précipice, après que nous avons mis quelque chose devant nous pour nous empêcher de le voir.

                            Blaise PASCAL philosophe 1623 -1662    



                                                                 Charles Martel-copie-1

                                                      konk2.jpg

                                                          

DHIMMI SHOW

 Dhimmi Show

Vu sur Fdesouche :

Nous ouvrons une nouvelle rubrique pour "récompenser" les serviteurs fidèles et zélés de l'islamisation du continent européen, le Dhimmi Show.

Dhimmi : Un dhimmi est, selon le droit musulman, un non-musulman ayant conclu, avec les musulmans, un traité de reddition (dhimma) déterminant ses droits et devoirs.

A comparer, l'attitude de ce dhimmi qui usurpe le poste de ministre de l'identité nationale avec celui d'un résistant comme le cardinal Miloslav Vik, rebelle d'or du mois de janvier.




Eric Besson, ministre de l’immigration et de l’identité nationale, hier en visite dans la cité des 4000 à La Courneuve :

« la France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble.
Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France de métissage »

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 07:28

 


PHILIPPE HERLIN SUR TV LIBERTES : “TERRORISME : TOUT VA SE JOUER EN FRANCE !”

CONF Flyer 1.jpg

DANS LE N°1 DE "CONFRONTATION", UN ENTRETIEN AVEC PHILIPPE HERLIN : Pour l'acheter en ligne cliquez ici Plus d'informations cliquez là

Cette note a été publiée le mardi, 11 octobre 2016

Pour lire la note entièrement, veuillez cliquer ici

8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 07:05
Béziers: la garde biterroise refusée !

Vous gagnez la plupart des procès que l’on vous fait en tant que maire de Béziers, mais vous venez d’en perdre un devant le tribunal administratif de Montpellier, et pas des moindres puisqu’il s’agit de celui sur la Garde biterroise. Pour rappel, il s’agissait d’un projet de création d’une unité constituée d’anciens professionnels de la sécurité (policiers, pompiers, gendarmes), tous volontaires et bénévoles pour patrouiller sur la voie publique en complément des forces de police.

Il est des procès que l’on ne peut pas gagner. Je le dis très simplement. Je n’accuse pas le tribunal. Mais nous ne pouvions pas gagner. On ne pouvait pas nous laisser gagner. C’est comme ça. Il suffit de prendre connaissance du jugement. Il est clair.

Pour avoir le droit de créer la Garde biterroise, il faudrait, je cite, des « circonstances exceptionnelles ». Or, pour la justice, l’état d’urgence qui a suivi les attentats du 13 novembre 2015 n’en est pas une. Et qu’importe qu’un islamiste biterrois soit en prison depuis des mois pour apologie de terrorisme, peu importe qu’il vienne d’être condamné de nouveau pour la préparation d’un attentat au Cap d’Agde, ça, non plus, ce n’est pas une « circonstance exceptionnelle ».

L’autre argument pour nous interdire de créer la Garde biterroise est juridiquement parfait. Certes, il n’existe aucune loi qui nous l’interdise. Mais il n’en existe aucune qui nous l’autorise. Bref, nul n’est censé ignorer la loi qui n’existe pas.

Donc, vous laissez tomber ?

Comment faire autrement ? Ce procès aura permis de montrer l’absurde position d’un État qui, manquant d’effectifs de force publique, fait tout pour se priver de renforts au seul motif que l’initiative vient d’un maire qui n’est pas de gauche. C’est effrayant de bêtise. Refuser quelque chose de simple, qui ne coûte presque rien. C’est tellement socialiste.

Ce sont les mêmes qui ont créé, l’an dernier, une « réserve citoyenne » qui n’a servi à rien, et qu’ils viennent de transformer en « réserve civique ». Ça aussi, c’est tellement socialiste que d’imaginer qu’il suffit de changer un mot pour changer la réalité. Une « réserve civique » qui pourrait être ouverte aux « migrants » afin de mieux les « insérer ». On marche sur la tête.

Ou nous avons besoin d’un renfort pour des missions de sécurité, et alors il faut créer une garde nationale. Ou bien nous n’avons besoin de rien, et pas la peine d’inventer un machin supplémentaire.

On peut, en effet, critiquer cette espèce de sous-service civique que l’État n’arrive pas à mettre sur pied. Mais êtes-vous favorable au rétablissement du service militaire ?

Non. Quand on voit que nos services de renseignement militaires s’inquiètent du nombre de radicalisations au sein de l’armée, je n’ose imaginer ce que ce serait si on rétablissait le service militaire. De même qu’il existe, aujourd’hui en France, des quartiers et des écoles entièrement musulmans, nous aurions, par le simple jeu de la démographie, des unités entières constituées de musulmans. Avec quelle proportion de radicaux ? Ce serait un pas de plus vers la libanisation.

C’est la raison pour laquelle, avec Oz ta droite !, nous voulons une garde nationale composée de volontaires, n’ayant pas la double nationalité et constituée sur une base départementale. On défend mieux sa maison que celle de son voisin. Or, c’est ce dont nous avons besoin : nous organiser à la base. Mais, ça, l’État socialiste et jacobin ne le voudra jamais. C’est pour cela, entre cent autres raisons, qu’il faut gagner en 2017.

L’actualité est souvent malicieuse. Alors que se clôture ce procès de la Garde biterroise, on apprend qu’une patrouille de la police nationale a été attaquée la nuit dernière dans le quartier dit « sensible » de La Devèze à Béziers. Votre réaction ne s’est pas fait attendre.

Oui, car là, les limites sont dépassées. De quoi s’agit-il ? Une patrouille de la BAC est violemment attaquée. Une boule de pétanque fracasse la vitre arrière du véhicule. Les agents appellent du renfort. Le seul qui arrive, ce sont trois véhicules de la police municipale. Que se passe-t-il ensuite ? Rien. Absolument rien. Pourquoi ? Car l’État donne alors l’ordre à nos patrouilles de ne pas intervenir, de se replier, de ne pas entrer dans La Devèze. La BAC est obligée aussi de se replier.
Ce sont des faits graves. De ceux que les pouvoirs publics jugent en discours « intolérables ». Mais qu’ils tolèrent. D’ailleurs, la sous-préfecture nous a plusieurs fois dit que nos policiers municipaux, en allant à La Devèze, se livraient à de la « provocation ». Il faut croire que ceux de la BAC provoquent aussi…

Alors, je le dis aujourd’hui solennellement : le sous-préfet de Béziers, Christian Pouget, doit maintenant prendre ses responsabilités. Il doit rendre des comptes aux citoyens. Il n’est pas possible, pour lui, de continuer à leur cacher la vérité. Lui qui est très fort pour porter plainte contre la ville afin d’interdire la Garde biterroise, afin d’interdire le prélèvement de l’ADN canin, il faut qu’il se montre responsable. Ou qu’il demande son remplacement. Non, La Devèze n’est pas une zone de non-droit. Oui, les polices nationale et municipale ont les moyens d’y intervenir et de faire respecter l’ordre. C’est une question de volonté. Celle de l’État. Celle du sous-préfet qui le représente.

Y aura-t-il une réaction ? J’en doute. La meilleure preuve en est la suivante. Ce matin, un « conseil » de l’État est parvenu à la police municipale. Ne pas se rendre aujourd’hui, jour de fin de ramadan, dans les quartiers à forte présence musulmane. Pour ne pas « provoquer ». Ce sont les termes employés. Tout cela, bien sûr, n’est pas écrit. Car à la lâcheté, cet État ajoute l’hypocrisie la plus veule. Il faut que les Français sachent cela. Car ce qui se passe à Béziers se passe partout. La seule différence est qu’ici, nous ne nous laissons pas faire.

10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 18:13
L' ISLAM EST LA CULTURE  FRANCAISE (Tariq Ramadan)

L’islamiste Tariq Ramadan : «L’islam doit infuser la société française pour mieux la régénérer. L’islam est la culture française, l’islam est la langue française»

Fév 09, 201621


Share

Alexandre Devecchio était à la Rencontre annuelle des musulmans du Nord (RAMN) organisée par l’UOIF. Il a assisté au discours de clôture de Tariq Ramadan. Le théologien a réaffirmé sa volonté de demander la nationalité française.

Alexandre Devecchio est journaliste au Figaro en charge du FigaroVox. Chaque semaine, il y observe le mouvement des idées. Passionné par le cinéma, la politique et les questions liées aux banlieues et à l’intégration, il a été chroniqueur au Bondy blog. Il est également co-fondateur du Comité Orwell.

L’orateur a demandé à la salle de ne pas applaudir. Pourtant sa conférence ressemblait étrangement à un meeting et ses propos à un discours de campagne. Pour conclure la neuvième Rencontre annuelle des musulmans du Nord (RAMN) organisée par l’UOIF le dimanche 7 février, Tariq Ramadan était seul sur la scène du Grand Palais de Lille entouré de drapeaux français.

Devant un public de 3000 personnes, dont de nombreuses femmes voilées et une poignée de barbus portant le qamis (tenue du prophète), il a délaissé le costume de l’intellectuel pour enfiler celui du prédicateur. A le voir ainsi devant un public communautaire fasciné, on songe irrésistiblement à Mohammed Ben Abbes, le président musulman qui islamise pacifiquement la France dans Soumission, le dernier roman de Michel Houellebecq.

Loin du double-discours qui lui est souvent reproché à tort, l’élégant théologien aux cheveux grisonnants et à la barbe bien taillée a livré un plaidoyer sans ambiguïté en faveur de l’islam politique. Attention cependant, pas d’amalgame: contrairement aux fanatiques de Daech ou Al-Qaïda, Tariq Ramadan est un islamiste soft.

«Quand on dit qu’on peut tuer des innocents au nom de l’islam, nous avons l’obligation de dire que nous condamnons ces propos et nous les combattons.» a-t-il martelé. Celui qui a reçu le nom de Tariq ibn Ziyad, l’artisan de la conquête arabe de l’Espagne au VIIIe siècle, condamne la violence.

Pour imposer son projet politico-religieux, comme le président de Houellebecq, il mise paradoxalement plus volontiers sur les valeurs démocratiques et libérales de l’Occident et même sur la laïcité.

«Que les Renseignement généraux qui sont dans la salle m’écoutent bien car tout ce que je vais dire est dans la loi. Tout est dans la République, la laïcité et l’unité de la France et en même temps contre un certain nombre de politiques qui feraient bien de se demander si ce qu’ils font et ce qu’ils disent est proprement légal, a-t-il lancé malicieusement, visant Manuel Valls. Lorsqu’on interdit de parole un certain nombre de personne, ce n’est pas nous qui dérogeons à la liberté de conscience et d’expression.»

«L’islam est la culture française, l’islam est la langue française»
Tariq Ramadan

Le credo de Tariq Ramadan pourrait être qualifié d’islamo-gramscisme. Pour lui, l’islam doit s’imposer, au moins dans un premier temps, non par la force et la terreur, mais par le combat culturel et la bataille des idées. La religion du prophète doit infuser la société française pour mieux la régénérer en la guérissant de son nihilisme matérialiste.

«Le réveil de l’islam peut apporter une contribution jusqu’alors insoupçonnée à une véritable renaissance de la spiritualité des femmes et des hommes de notre monde» écrivait-il déjà en 1995 dans Islam, le face à face des civilisations. Ce dimanche, citant l’abbé Pierre qui voulait mener la guerre à la pauvreté, Tariq Ramadan a appelé son public au «djihad intellectuel, au djihad de l’éducation.». «Nous sommes des agents de réconciliation entre les valeurs de la France», a-t-il précisé.

Le petit-fils d’Hassan al-Banna, fondateur des Frères musulmans, s’inspire de l’idéologie de ce dernier: celle du Tamkine. «De l’individu, il faut former le foyer musulman, puis le peuple musulman, puis atteindre le gouvernement islamiste, puis établir le califat, puis reconquérir l’Occident puis atteindre le Tamkine planétaire.», expliquait Mohamed Louizi, ancien Frère musulman au FigaroVox. Une vision globalisante qui apparaît clairement dans le discours de Tariq Ramadan. «Ceux qui pensent que ce qui a trait à notre citoyenneté est uniquement lié à ce qui se passe à l’intérieur des frontières nationales se trompent. Il y a une relation très claire entre la question nationale et la question internationale.» a souligné le théologien avant d’asséner, «l’islam est la culture française, l’islam est la langue française».

«Tous ce que j’ai dit est dangereux pour ceux qui aimeraient qu’on continue à se penser comme bénis-oui-oui minoritaires… la France a un grand besoin de renouveau de sa classe politique.»
Tariq Ramadan
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 05:54
OUF!  la France est sauvée

OUF !... LA FRANCE eST SAUVéE !...

Le fascisme n’est pas passé

« Avons-nous le droit de laisser notre France dans les mains des nostalgiques de Vichy ? Pouvons-nous laisser un parti raciste expulser massivement des millions de citoyens étrangers sans qui l’économie de la France ne peut pas tourner ? Est-il possible de les laisser attaquer nos mosquées, et détruire l’islam de France que nous mettons en place patiemment ? » (Manuel VALLS – Entretien avec Jeanne Bourdillon de « Riposte Laïque »)

Ouf ! Nous avons eu chaud !... « Le fascisme n’est pas passé ! » et comme s’écriait Molière dans « Les femmes savantes » : « Nous l’avons, en dormant, Madame, échappé belle !... ». Les Français pourront désormais se replonger dans leur amnésie congénitale et reprendre leur sommeil…

Brave peuple, continue à ne rien vouloir entendre, ni à ne rien vouloir voir… Persiste dans ta léthargie mais, combien dur sera le réveil !...

Dans l’immédiat, grâce au ciel, il n’y aura pas de « chemises brunes » ; la « guerre civile » prédite par notre Premier Ministre en cas de victoire du FN, n’aura pas lieu (les émeutes, la violence et le terrorisme pourront, en revanche, perdurer) ; les camps d’internement ne seront pas ouverts ; la liberté vivra ; les « droits de l’homme » seront respectés ; l’économie repartira à la hausse ; le chômage déclinera ; la paix et la sécurité seront assurées… « L'ânerie humaine est la source des pires catastrophes... Mais aussi une mine d'or inépuisable pour qui sait l'exploiter » se plaisait à dire Montaigne.

Dans cet entretien avec Jeanne Bourdillon, Manuel Valls traitait de l’immigration en ces termes : « Un républicain sait que l’immigration est une chance pour la France. Demander la fermeture des frontières, c’est alimenter le racisme et combattre la République.

Un républicain sait que l’islam est une religion d’amour, de tolérance et de paix. Critiquer cette religion, c’est attiser la haine contre les musulmans, et combattre la République. » La Bruyère, traitant des hommes, dans « Les Caractères », a ce mot crucifiant : « À quelques-uns l’arrogance tient lieu de grandeur ».

Et depuis que nous savons, par la bouche du Premier Ministre, que « l’immigration est une chance pour la France et que l’islam est une religion d’amour, de tolérance et de paix » (sic), 130 morts et 352 blessés après le 13 novembre, nous pouvons vraiment estimer l’avoir échappé belle… « Le triomphe des démagogies est passager, mais les ruines sont éternelles » écrivait Charles Péguy…

Qu’il est dur, mon Dieu, quand on est un personnage de Feydeau, de vouloir se conduire en héros de Corneille !...

Lors de la campagne électorale, la gauche politico-médiatique flanquée d’une droite complice eut pour chef d’orchestre un Premier Ministre aux abois n’ayant de cesse de privilégier –à défaut de lutte contre l’insécurité et le terrorisme- l’éradication du FN allant jusqu’à proférer la menace suivante : « Si les Français élisaient Marine Le Pen en 2017, nous suspendrions le processus électoral »… preuve que ce qui intéresse et inquiète réellement le tandem Hollande/Valls, c’est le résultat de l’élection présidentielle.

Non content d’avoir jeté dans le désespoir des millions de Français, Valls n’eut de cesse (avec le soutien de la droite molle) de vilipender « l’extrême droite » ( !), pesant sur les peurs, employant les pires vilénies, les plus infâmes calomnies, les plus odieuses insinuations afin de détourner le mécontentement du peuple : L’essence même du fascisme !... ce qui fait songer à ce proverbe, issu d’un terroir cher à Pagnol : « Est-ce bien la peine d’être aussi intelligent pour être aussi con ? ».

C’est ainsi que les basses accusations de ces atrabilaires patentés représentant « l’anti France », jaloux de leurs prérogatives et soucieux de les conserver, n’ont eu de cesse –comme jamais auparavant- de peser sur ce scrutin rendant actuelle cette boutade de la désopilante Arletty : « Certains ne sont jamais seuls, ils sont toujours accompagnés de leur connerie ».

Les hommes manquent souvent de logique dans leurs jugements. Comme disait si justement Flaubert, « les critiques de tous les temps sont faits pour se mettre le doigt dans l’œil ». Ils ne comprennent jamais, ou ils ne comprennent que quand il est trop tard. Ainsi les plus extérieures analogies, les plus superficielles impressions leur suffisent pour juger et de là pour dénigrer à tort et à travers. Cette pauvreté de discernement ne mériterait qu’une commisération attristée si elle ne propageait des contre-vérités.

Ces natures « au cœur sur la main » ne se font pas l’idée des jouissances solitaires de l’hypocrisie, de ceux qui vivent et peuvent respirer, la tête lacée dans un masque. Mais, quand on y pense, ne comprend-on pas que leurs sensations aient réellement la profondeur enflammée de l’enfer ? Par conséquent, il faudra beaucoup de temps, beaucoup de patience, beaucoup d’efforts désintéressés pour éliminer définitivement des esprits et des cœurs asservis par ces effrontés mensonges, tant d’erreurs et de sottises…

Oh ! Affligeante inconscience !... Peut-être cette oligarchie dominante peu scrupuleuse aime-t-elle le scandale pour le scandale, le mensonge pour le mensonge, comme on aime l’art pour l’art… Peut-être que pour certaines âmes, il y a le bonheur de l’imposture… Il y a une effroyable, mais enivrante félicité dans l’idée qu’on ment et qu’on trompe, dans la pensée qu’on joue à la société une comédie dont elle est la dupe et dont on se rembourse les frais de mise en scène par toutes les voluptés du mépris, car le mensonge, c’est du mystère redoublé, des voiles épaissis, des ténèbres faites à tout prix ! Et ces vers de Rudyard KIPLING sont là pour nous ramener à la réalité présente :

« Si tu peux supporter d’entendre tes paroles

Travesties par des gueux pour exciter des sots,

Et d’entendre mentir sur toi leur bouche folle,

Sans mentir toi-même d’un seul mot…

Tu seras un homme mon fils ! »

José CASTANO

Courriel : joseph.castano0508@orange.fr

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Que ceux qui ont apporté leur soutien à l’UMPS se réjouissent… Nous l’avons vraiment échappé belle !... Vidéo à découvrir impérativement :

Cliquer : https://www.youtube.com/watch?v=YT5yzOt8pGc&feature=youtu.be

3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 09:42

~~ Objet : Souvenez vous de la facture de rattrapage de tarif avec effet rétroactif………. !

Des peines d'emprisonnement de 2 mois à 18 mois avec sursis, des amendes de 4.000 à 75.000 euros, les communistes morflent et les copains-coquins journalistes étouffent l'affaire.

Le 1er octobre dernier, la CGT, l’Humanité, le Parti communiste et sa nébuleuse opaque et corrompue ont été lourdement condamnés par le tribunal correctionnel de Paris.

Malversations, abus de confiance, recel, emplois fictifs, détournements de fonds.

Douze condamnations ont été prononcées dans les rangs communistes et syndicaux pour malversations, abus de confiance, recel, emplois fictifs, et détournements de plusieurs millions d'Euros. La liste est aussi longue que pour un procès de la mafia.

Et rien dans les médias !

Des têtes sont tombées dans le panier de crabe aux escrocs communistes en col blanc, et ont été publiquement humiliées.

Les journalistes ont pris soin de les taire.

Les voici :

Jean Lavielle, ex président du Comité d'entreprise EDF, a écopé d’une lourde condamnation : 18 mois d'emprisonnement avec sursis et 4 000 euros d'amende il était le principal inculpé et présidait le Comité d'entreprise EDF, la CCAS, ou Caisse centrale d'activités sociales,

Son ancien directeur général, Jean-Paul Blandino , en prend pour 8 mois de prison avec sursis.

La sénatrice communiste Brigitte Gonthier-Maurin écope de 10 mois de prison avec sursis pour emploi fictif grassement rémunéré par le CE alors qu'elle travaillait pour la fédération du parti communiste des Hauts-de-Seine .

Jacques Lefèvre ex-président de l'IFOREP, 12 mois d'emprisonnement avec sursis,

Jean-Paul Escoffier , ex-président de l’IFOREP, 12 mois d'emprisonnement avec sursis,

Pascal Lazarre , ex-vice-président de la CCAS, 8 mois d'emprisonnement avec sursis,

La CGT a été condamnée à 20 000 euros d'amende ,

La fédération des Mines et de l'énergie CGT, 20 000 euros d'amende,

LIforep, qui a détourné plus d'un million d'Euros avec l'Humanité, condamnée à 75 000 euros d'amende, l'Humanité, condamnée à 75 000 euros d’amende aussi.

Au total, huit personnes et quatre organisations ont été condamnées.

En juin, l'audience avait duré trois semaines, « trois semaines de silences gênés des médias » Trois semaines de silences gênés dans les grands médias audiovisuels et les principaux quotidiens » fait remarquer Jean Nouailhac dans le Point en précisant que « les quotidiens parisiens sont dépendants de la CGT pour être imprimés par le Syndicat du livre CGT » comme pour passer sous silence les connivences et liens idéologiques forts qui lient les uns aux autres.

Le comité d'entreprise EDF, ou CCAS, détient plus d'un milliard d'Euros d'actifs et un budget de 500 millions d'Euros par an pris sans aucune raison sur vos factures EDF.(0,50% du montant de votre consommation d'électricité prélevés pour le C.E. Vous ne le saviez pas?)

Et cette grosse machine à sous, caisse noire du Parti communiste, est entre les mains de la CGT, camarade

Ainsi, tandis que les journalistes étalent leur jouissance et leur orgasme à évoquer l'affaire Bygmalion qui n'est encore que rumeurs contre des hommes de droite, ils ont observé un silence de mort sur les condamnations fermes et lourdes des voyous en cols blancs de la CGT, du Parti communiste, du journal l'humanité, et du fournisseur d'argent sale, le « comité » d'entreprise EDF.

1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 07:02
Extrait de l'audition du CEMA par la Commission de la D/N

~~ LIBRE OPINION : Extraits de l'audition du Général d'armée Pierre de VILLIERS, Chef d'état-major des armées, par la Commission de la Défense nationale

1. LE CONTEXTE SÉCURITAIRE. Le contexte sécuritaire est marqué par la gravité, l’urgence et la complexité des crises géopolitiques, ainsi que par un niveau de menace inédit depuis de nombreuses années.

Quatre lignes de forces qui sont à mes yeux la toile de fond des crises - Le lien de plus en plus étroit entre sécurité extérieure et sécurité intérieure constitue une première ligne de force. Cette tendance se confirme. Les menaces et les défis sont transfrontaliers. Il y a donc un lien de plus en plus fort entre la défense de l’avant, ce que nous faisons en opérations extérieures, et la sécurité de l’arrière, c’est-à-dire la protection de nos concitoyens sur le théâtre national.

Le phénomène du terrorisme international dessine une deuxième ligne de force. Incarné par Al-Qaïda, Daech et leurs affidés, il renvoie à la radicalisation djihadiste et répond à une stratégie délibérée : la recherche de la rupture par une surenchère de terreur1. 1 2 700 comptes Twitter pro-Daech en langue française relaient la propagande djihadiste, et environ 20 % des combattants dits étrangers, présents aujourd’hui même au Levant, sont francophones, parmi lesquels on dénombre environ cinq cents Français.

Une troisième ligne de force peut être observée : l’avance technologique, qui nous donnait d’office l’ascendant, se réduit sous l’effet des modes d’action qui visent à la contourner.

La contradiction de plus en plus flagrante entre la gestion du temps court et la nécessité d’inscrire l’action dans le temps long constitue une quatrième et dernière ligne de force.

Un engagement important de nos armées. Cet engagement passe d’abord par la dissuasion nucléaire, qui garantit la survie de la Nation en sanctuarisant ses intérêts vitaux.

C''est aussi les opérations extérieures : - l’opération Chammal au sein de la coalition - internationale qui lutte contre Daech. - le Sahel, où nous agissons en pilote. - l’opération Sangaris, en République centrafricaine (RCA), - l’opération EUNAVFOR Med, en Méditerranée.

Sur le sol national, les armées viennent en appui et en complément de l’action des forces de sécurité intérieure et de sécurité civile. 7 000 soldats engagés chaque jour, et la capacité de monter jusqu’à 10 000 hommes sur court préavis, le « volume » de l’opération Sentinelle est plus de quatre fois supérieur à ce qui existait auparavant.

L’apport de nos armées à la protection des Français à l’intérieur de nos frontières est essentiel. Pour autant, dans les mois à venir, le volume des forces engagées sur le territoire national restera une source de fragilité.

Mon devoir est de vous dire que nous vivons actuellement sur le capital opérationnel que nous avons construit ces dernières années. Nous pouvons encore nous le permettre, mais sans une force terrestre comptant 77 000 soldats, notre capacité opérationnelle s’effriterait inexorablement.

Pour conclure sur ce premier point relatif au contexte sécuritaire, je dirais que nous connaissons en la matière une situation qui se dégrade. Si l’on dresse un bilan de la situation, la tendance est toujours à plus de missions pour nos armées, car, aux missions opérationnelles, il faut encore ajouter tout le reste.

2. NOTRE MODÈLE D’ARMÉE. Cela m’amène au deuxième des trois points que je souhaite aborder : notre modèle d’armée.

Quelles réponses le PLF pour 2016 apporte-t-il en la matière ?

Le PLF 2016 donne les moyens pour mettre en œuvre notre modèle d’armée, dont la cohérence est assurée par cet équilibre entre les fonctions stratégiques. Cependant, vous le savez, le costume reste taillé au plus juste. C’est pour cela que les armées, directions et services poursuivent leur transformation portée par notre projet commun, Cap 2020, qui, autour de l’équipe des chefs d’état-major d’armée, est mis en œuvre résolument.

3. MES PREOCCUPATIONS. J’en ai retenu quatre principales : le budget, la protection et la défense de nos installations militaires, notre modèle de ressources humaines, j’allais parler de richesses humaines, et le moral.

Premier point de vigilance : le budget.

Quelle que soit la programmation budgétaire initiale, je crains toujours, d’expérience, le grignotage progressif en gestion de nos ressources financières. La fin de gestion de 2015, conditionne la bonne « mise sur les rails » de l’année 2016.

Ensuite, le projet de loi de finances lui-même mérite évidemment notre attention. L’année 2016 constitue la première annuité de la LPM actualisée. Elle doit marquer le redressement de l’effort de défense

Deuxième point de vigilance : la protection défense. Protection des installations militaires : nous devons notamment nous interroger sur la pertinence de l’externalisation de certaines fonctions comme le gardiennage.

Troisième point de vigilance : notre modèle de ressources humaines (RH). La qualité humaine est la vraie force de nos armées. Nous voulons un modèle RH plus dynamique dans ses flux, mieux pyramidé, plus souple, plus attractif et toujours mieux adapté aux besoins opérationnels des armées.

Nous voulons rétablir l’adéquation entre le grade, les responsabilités et la rémunération. Ce modèle RH intègre aussi un volet spécifique pour la réserve, vivier de multiples compétences, pivot du lien armée-Nation pour une armée professionnelle, et précieux renfort pour les unités d’active.

Quatrième point de vigilance : l’état du moral des troupes, probablement le plus important :

Excellent en opération, il est plus fragile en garnison et dans les états-majors, notamment à Paris.

Nous devons donc le surveiller, comme le fait tout bon chef. Mais je constate aussi ce que note par ailleurs le Haut comité à l’évaluation de la condition militaire (HCECM) dans son dernier rapport : « Il existe parfois un sentiment d’une insuffisante considération par rapport à celle accordée aux autres catégories sociales. »

Un effort considérable accompli par les armées. Il y a quarante ans, l’armée de terre comptait 210 régiments contre 79 aujourd’hui, la marine nationale alignait 123 bâtiments de premier rang contre 57 aujourd’hui, et l’on dénombrait 68 bases aériennes alors qu’elles sont 25 actuellement.

Nous avons aujourd’hui moins de militaires qu’il n’y avait de professionnels avant la professionnalisation !

En conclusion : Madame la Présidente, je reprends les mots que vous avez employés lors de la dernière université d’été de la défense : « Depuis vingt-cinq ans, les dividendes de la paix ont été largement touchés. » RELEVÉ DANS LES RÉPONSES AUX QUESTIONS DES MEMBRES DE LA COMMISSION.

 Les jeunes qui s'engagent. Les jeunes que nous interrogeons, avec leurs mots, nous répondent systématiquement qu’ils ont choisi l’armée parce qu’ils cherchent des valeurs, une institution qui fournisse un cadre, une famille, la fraternité…

Ils ne disent pas en premier : « Je cherchais un emploi, j’étais au chômage. » En termes de formation, il s’agit d’un vrai challenge pour l’armée de terre. Pourquoi une partie de la jeunesse de France s’engage-t-elle chez nous et une autre chez Daech ?

Comme j’ai la chance de me trouver ici, devant la représentation nationale, je voulais soulever cette question de fond à laquelle nous devons réfléchir. À mon avis, tous cherchent un cadre et des valeurs qu’ils ne trouvent plus dans la société.

Les uns vont dans une direction morbide, chez Daech, croyant se rassurer, espérant trouver un sens à leur vie. Les autres choisissent l’armée pour défendre et servir la France. Ils nous le disent comme ça, quels que soient leur niveau d’études et leur catégorie socioprofessionnelle. C’est assez exceptionnel. 

Le CEMA, un conseiller écouté du Président de la république. Au passage, je signale que je ne me contente pas d’exécuter des ordres. En tant que conseiller militaire du Gouvernement, j’ai la faiblesse de penser que le président de la République, le Premier ministre et le ministre de la Défense m’écoutent.

Au sein d’un conseil de défense, je ne suis pas un simple fonctionnaire qui prend des notes. Je suis l’un des premiers à qui l’on demande de proposer des mesures.

Ensuite, c’est le président de la République, chef des armées, qui décide.

C’est ainsi qu’avec Jean-Yves Le Drian nous avons proposé l’intervention aérienne en Syrie.

Nous ne pouvions pas continuer à être aveugles si nous voulions garder une appréciation autonome.

Ces décisions sont le fruit d’une réflexion globale et nous y participons pleinement Ce fut le cas s’agissant de Sentinelle. 

Quel est le rôle des forces armées sur le territoire national ?

La question est légitime. Pour ma part, je considère que la mission des armées, en temps de crise comme en temps de paix, est de protéger tous les Français où qu’ils se trouvent, à l’étranger, outre-mer ou en métropole.

Je ne vois pas ce que le président de la République aurait pu faire d’autre pour protéger les Français et les rassurer.

Vous pouvez légitimement considérer que l’opération dure un peu trop longtemps sous la forme actuelle. C’est pour cette raison que, dans mon propos liminaire, je vous ai dit que Sentinelle ne devait pas être une excroissance durable de Vigipirate.

On ne peut pas faire à 7 000 ce que l’on faisait à 1 000 ou 1 500. On ne peut pas demander durablement aux soldats français d’aider, de remplacer, de suppléer des forces de sécurité intérieure qui ne seraient pas assez nombreuses.

Le dispositif Sentinelle serait donc critiquable si nous étions dans la même situation qu’il y a un an : un soldat n’est pas formé pour rester en garde fixe au pied d’un lieu jugé – à juste titre – sensible.

Mais nous allons faire autre chose, autrement. Les choses évoluent. Sentinelle va ainsi être commandée comme n’importe quelle autre opération. ….Dans ce contexte, quelle autorité politique pourrait décider d’enlever les 7 000 hommes déployés sur le territoire national ? Je ne le conseillerais à personne.

 La dernière question porte sur les réserves, sujet qui m’est très cher.

Avec le ministre de la Défense, nous avons une idée : la territorialisation des réserves. C’est très important. Qui connaît mieux son territoire, son canton, son village, son pays que le réserviste ?

Il faut poser le débat de cette manière. Il nous faut par ailleurs agrandir le vivier des personnes ayant souscrit un engagement à servir au sein de la réserve opérationnelle.

Synthèse de Pierre ZAMMIT Délégué ASAF 31

21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 08:18

~~Aymeric Chauprade accuse Cazeneuve de soumission à l’islam Dans un courrier adressé au ministre de l’intérieur Cazeneuve, Aymeric Chauprade, député au Parlement européen, accuse le gouvernement de « soumission à ce nouveau totalitarisme qu’est l’islamisme », après la réunion publique du président Erdogan dimanche à Strasbourg, où il a demandé aux turcs qu’ils ne s’assimilent pas dans leurs pays d’accueil sans que Cazeneuve ne réagisse. Voici le contenu intégral de la lettre : A l’attention de Mr Bernard CAZENEUVE$ Ministre de l’Intérieur Hôtel de Beauvau, Place Beauvau 75008 PARIS Paris, le 5 octobre 2015 Monsieur le Ministre, Ce dimanche 4 octobre, le Président turc Mr Recep Tayyip Erdogan, longtemps à la tête du parti islamiste turc AKP, a tenu un meeting électoral de grande ampleur, au cœur de la capitale alsacienne, dans la grande salle du Zénith de Strasbourg, en présence de 15 000 personnes, toutes rassemblées sur un motif purement ethno-religieux, celui de la turcité et de la solidarité islamique. Ces milliers de Turcs ont afflué, par cars entiers, de France mais aussi de Belgique, de Suisse, d’Allemagne… A l’occasion de ce meeting où les femmes et les hommes ont été séparés de chaque côté de la salle, M. Erdogan, Président d’un Etat étranger, de surcroît non européen, a appelé les « Turcs d’Europe » à conserver leur culture dans les pays où ils vivent, autrement dit, à ne pas s’assimiler à leur pays d’accueil. M. Erdogan ne leur a pas demandé de s’abstenir de profiter de la générosité des Etats-providence européens ; non, il les a encouragés à rester eux-mêmes, en attendant sans doute que la Turquie puisse rejoindre l’Union européenne pour accélérer l’islamisation de l’Europe ! Au passage, Mr Erdogan, s’est offert le luxe de critiquer l’absence de citoyens de souche turque à l’Assemblée nationale et au Sénat ! M. le Ministre, au moment où les Chrétiens, les Alévis, les Chiites, les Kurdes, mais aussi une grande partie des Arabes sunnites d’Irak et de Syrie sont en train de payer au prix fort la politique turque de soutien à l’islamisme, très officiellement s’agissant des Frères musulmans, et officieusement quand il s’agit des bouchers de l’Etat islamique, comment justifiez-vous l’autorisation du meeting politique de M. Erdogan ? Faut-il vous rappeler l’objectif prioritaire de l’AKP, la réislamisation des Turcs de Turquie et d’ailleurs, ou le « néo-ottomanisme » assumé de son brillant ministre des affaires étrangères, M. Davutoglu ? Faut-il vous rappeler la condamnation de M. Erdogan, par un tribunal turc, en 1998, pour appel à la haine alors qu’il reprenait à son compte le slogan célèbre de l’un des théoriciens du nationalisme turc Zia Gokalp « Les minarets seront nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées nos casernes et les croyants nos soldats » ? M. le Ministre, votre geste de soumission à ce nouveau totalitarisme qu’est l’islamisme, n’est hélas pas un geste isolé dans la classe politique française. Il s’inscrit dans la continuité de l’action de votre gouvernement et rejoint ainsi le geste incroyable de Madame Taubira, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux écrivant en personne au Parlement européen afin de demander à celui-ci la levée de l’immunité parlementaire de l’un de nos compatriotes, M. Philippot, vice-président du Front national, et ce dans le but que le Qatar, autre soutien de Daesh, avec la Turquie, puisse mieux le faire condamner par la Justice française. > > J’espère que vous êtes bien conscient, M. le Ministre, que vous-même et vos amis du gouvernement socialiste, vous serez un jour comptable, devant une France souveraine et libérée de l’argent corrupteur du Golfe arabe, de ces actes de collaboration avec ces régimes soutenant l’islamisation de l’Europe. Ceux qui chérissent la liberté des peuples, la liberté des femmes, la liberté de l’esprit et de la foi, attendent ce moment avec une grande impatience. Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l’expression de mes salutations les plus distinguées. Aymeric CHAUPRADE Géopolitologue, Député français au Parlement européen, membre du Groupe « Europe des nations et des libertés »

8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 10:43
Le devoir d'intervention

~~ ← Le devoir d’intervention Au paroxysme de la nausée Publié le 8 septembre 2015 par maxime tandonnet

Pour tout dire, j’ai atteint un tel niveau d’écœurement et de nausée politique, le paroxysme de la nausée politique et de l’écœurement, que ce matin, j’avais envie de me taire. De grandes vagues de migrants, composées pour l’essentiel d’hommes en âge de combattre, venus de Syrie et d’Irak, fuient le chaos et laissent derrière eux une poignée de femmes, Yézidies, prendre les armes contre Daesh et tenter résister

. Des femmes se battent et des hommes se cassent. Bien, hein? Et l’Europe officielle, médiatique, verse des larmes d’émotion en leur ouvrant ses portes.

Des faits d’une barbarie épouvantable se produisent là-bas: marché aux esclaves sexuelles chrétiennes et yézidies et celles qui refusent le viol sont exécutées

. Et l’Europe soi-disant humaniste laisse faire en gesticulant. Et ils sont où les féministes? Et ils sont où les défenseurs des droits de l’homme?

L’Europe suinte d’hypocrisie, de lâcheté, d’aveuglement, à un point qui soulève le cœur.

Qu’on laisse faire une chose pareille, une telle barbarie, sans envoyer les armées européennes et occidentales est la honte absolue, une honte criminelle.

La politique est morte, la volonté d’agir, de choisir, de décider, totalement morte, crevée comme un vieux pneu, remplacée par un moralisme bien pensant de la pire espèce porté par des pitres de bas étages.

La Commission européenne, en autorité morale suprême, le Vatican de Bruxelles, tresse des lauriers à la France pour l’accueil de sa part des quotas et lui distribue des bons points.

Merci Madame la Commission, vous êtes trop bonne, merci pour ce bon point. Le premier ministre finlandais donne l’exemple en ouvrant sa résidence secondaire aux réfugiés.

Merci Monsieur le Premier ministre. Hélas, notre président à nous n’a pas de résidence secondaire et ne peut donc pas en faire autant…

Nous en sommes navrés, croyez-le bien. L’Etat demande aux 36 000 commune d’accueillir des migrants. Tout le monde donne des leçons à tout le monde. Le pape François, désolé de le dire, est un pape donneur de leçon quand il demande aux paroisses européennes de s’ouvrir à l’accueil et ne dit pas un mot des chrétiens massacrés, torturés, exterminés au Moyen-Orient, et des chrétiennes surtout, ou bien à peine, inaudible.

Et d’ailleurs, comment se fait-il que l’immense place Saint-Pierre et la Basilique n’aient pas été transformées en camp d’accueil?

L’Allemagne de Madame Merkel baigne dans l’hypocrisie: si l’Allemagne est si heureuse d’accueillir un million de demandeurs d’asile, pourquoi se contorsionne-t-elle pour obtenir l’adoption de quotas et d’un partage avec les autres Etats?

Mme Merkel, que nous prenions pour un leader, un vrai leader européen, est en dessous de tout. Le moralisme et l’idéologie font bon ménage. « L’Europe d’en haut » jubile: « nous avons [enfin] fait sauter les frontières! » Les passeurs se frottent les mains.

Eux aussi, ils ont gagné: des sommes faramineuses. Silence, on ne parle plus de ce sujet. Mme Merkel s’est pliée à l’air du temps. La parole publique européenne, celle qui traverse le filtre médiatique, est réservée à peu près exclusivement à des lâches et des crétins qui n’ont rien compris, rien à dire, rien à faire, obsédés par les prochaines élections, de l’extrême gauche à l’extrême droite. Dans le grand vent du conformisme médiatique, ce conformisme méchant, atrabilaire, haineux, les voix de l’intelligence, de l’esprit critique du courage, de la résistance sont interdites d’antenne.

Il faut vraiment bien fouiller sur Internet pour les trouver en ce moment (Onfray, Bruckner, Le Goff). Moi, je dis qu’une Europe, voire même un monde occidental, qui tolère en laissant faire, à deux pas de ses frontières, par aveuglement, par bêtise et par lâcheté, la résurgence d’un marché aux esclaves sexuelles Yézidies ou chrétiennes – car je suis désolé, on ne fait strictement rien pour l’empêcher – et qui s’enivre de bons sentiments et de bonne conscience en abolissant soudain de facto ses frontières, est une Europe à la dérive, une Europe qui fuit le réel, une Europe qui baigne dans l’hypocrisie, la tartufferie, les bons sentiments et la bonne conscience, la lâcheté, une Europe qui est en train de se livrer, pieds et poings liés, à une nouvelle forme de soumission et de totalitarisme de la pire espèce, une Europe en fin de course qui se prépare aux pires malheurs pour elle-même. Mais j’ai trop parlé.

J’avais envie de me taire. Je ferais mieux de me taire, comme tout le monde. Je vais finir par m’attirer des ennuis et me prendre une avalanche de haine. Et puis, le silence est plus parlant que bien des révoltes. « Ceux qui se taisent, les seuls dont la parole compte » (Péguy).

Maxime TANDONNET

2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 06:45
REJOIGNEZ NOUS !

~~REJOIGNEZ- NOUS

Maintenant : résister et s’organiser réellement Les islamistes qui nous envahissent jour après jour sont-ils bien organisés ?

Obéissent-ils à un plan précis, établi et mûri depuis longtemps, et par qui, et dans quel but ? Je crois que la question ne se pose plus pour tout être sensé, équilibré, un tant soit peu réfléchi. Sauf pour une certaine clique qui est en charge, chez nous, de la gouvernance, et qui, objectivement, mène le Français moyen, de souche, à l’abattoir. Mais c’est malheureusement vrai également dans d’autres pays européens.

Quelle résistance pouvons-nous leur opposer ? Sous quelle forme ? J’entends par là : sous quelle forme bien organisée ?

Il y a plusieurs dizaines d’années, la résistance en France s’était organisée contre une armée d’occupation puissante, bien armée, bien équipée, et elle aussi bien organisée. Y a-t-il pour nous le même danger, entre hier et aujourd’hui ? Le péril est-il le même ? Oui, bien sûr, c’est vrai qu’il y a invasion, sauf que la vermine qui nous envahit actuellement n’a d’autre but que de tuer et de détruire, ce qui n’était pas le cas de l’armée d’occupation d’il y a 75 ans.

Cette dernière était très organisée, avec un chef connu, une hiérarchie pyramidale, du maréchal au simple petit soldat. Mais cela n'a pas empêché la Résistance française de s'organiser et de gagner

.Méfions-nous toutefois, les islamistes sont peut-être bien plus organisés qu’on ne le pense. Les barbus qui se promènent en chemise de nuit dans nos cités ne sont peut-être que la partie émergée de l’iceberg.

Ne perdons pas de vue les « Grands Frères » déjà installés chez nous ainsi que ces milliers de migrants qui débarquent par flots ininterrompus sur nos côtes occidentales : nous savons que parmi eux se cachent des individus très dangereux car chargés d’une mission qu’ils ont la ferme intention de mener à son terme.

Inversement, nous autres patriotes avons également une mission, et la plus belle qui soit. D’une part, nous sommes chez nous, et avons notre pays, notre culture, nos traditions, nos femmes et nos enfants à défendre.

Et lorsque la Patrie est en danger, en grand danger, nous savons nous lever et la défendre.

L’histoire a montré que nous savions et pouvions mordre très cruellement. D’autre part, des sites comme Résistance Républicaine, Riposte Laïque, Boulevard Voltaire, Fdesouche, Bloc-Identitaire, Dreuz, j’en passe et des meilleurs, servent de vecteurs d’information – et de ré-information – mais aussi de points de repère et de prise de contact. Et c’est cela qui est important.

Si nous écrivons et nous lisons mutuellement – mais faisons-le avec prudence car au passage, Big Brother lit également par-dessus notre épaule – c’est bien pour éveiller les consciences.

Si l’on est attentif à toutes les actions des barbus et de leurs imams qui crachent sur nous à longueur de temps, tout semble bon pour eux pour désarmer un peu plus l'État.

Dans une livraison du 7 Juillet dernier, le site Bloc-Identitaire mentionnait le délit de faciès comme arme politique anti-France : « Je suis noir donc tu ne me contrôles pas. Sinon, je porte plainte pour racisme ! ». « J'ai une barbe et je porte la djellaba donc pas de contrôle d'identité. Sinon, je porte plainte pour islamophobie ! ». Est-ce cela la France de l’assimilation ? Et pour assimiler qui, d’ailleurs ? Ne peuvent être assimilés que ceux qui le veulent bien, et qui font tous leurs efforts en ce sens. Un étranger ne s’assimile réellement que s’il aime le pays dans lequel il compte s’installer définitivement.

Et il ne demeure véritablement « étranger » que le temps que durera cette assimilation, cette intégration. Pour des raisons historiques et tout à fait personnelles, j’ai une grande affinité avec le peuple sud-vietnamien. Et en particulier, mais ce n’est pas exclusif, avec un certain nombre d’officiers et de sous-officiers sud-vietnamiens venus rejoindre nos rangs.

Eux se sont parfaitement assimilés, intégrés dans notre société occidentale. A-t-on d’ailleurs eu des problèmes, en France, avec les asiatiques en général, chinois, vietnamiens, japonais, cambodgiens ? Non, assurément. Car eux ne cherchent qu’à vivre en paix, à nos côtés, et à travailler comme tout citoyen normal de notre pays. Et tous ceux que je connais ressentent comme un réel et effrayant danger cette invasion musulmane, qui s’affiche maintenant ouvertement comme telle.

Et ils le ressentent d’autant plus et d’autant mieux qu’ils ont souffert de totalitarisme dans leurs pays d’origine. Ils disent clairement : les islamistes NOUS envahissent. N’est-ce pas là la preuve de leur réelle assimilation ?

Du reste, j’ai un peu de mal à parler d’assimilation à leur sujet tant leur présence sur notre sol, dans notre société, me paraît normale. Je préférerais, comme tout le monde, voir écrit, sur ce que j’achète, « fabriqué en France » plutôt que « made in China ». Mais là, difficile de faire machine arrière.

A ce sujet, un détail m’horripile, qui est de lire la provenance pakistanaise, par exemple, pour ne parler que d’elle, de nos t-shirts militaires ! L’armée française s’équipe dans le tiers-monde ! Et ce n’est pas nouveau ! Ce qui est valable pour les t-shirts l’est également pour les treillis et pour les armes …

Faudra-t-il attendre de voir patrouiller chez nous, autour des mosquées d’abord, puis dans nos rues ensuite, la police islamique, avant de réagir ?

Faudra-t-il attendre de voir défiler sur les Champs Elysées les barbus de Daech, à bord de leurs blindés, drapeaux noirs brandis, avec armes lourdes et légères, avant que notre peuple se soulève ?

Ne serait-il pas alors trop tard ? Alors, si sont d’accord avec ce « trop tard » tous ceux qui disent, derrière leur écran de PC : « Qu’attendez-vous, levez-vous, réagissez ! », qu’ils disent maintenant, et sans attendre : « Qu’attendons-NOUS ? Levons-NOUS, unissons-NOUS, organisons-NOUS, NOUS SOMMES PRETS ! »

. Pas d'hésitation ! La Patrie est en danger ! Que l’on se souvienne que « la rue appartient à celui qui y descend ! »

Et les paroles qui suivent rappelleront bien des souvenirs à certains :

« Puisqu'il nous faut vivre et lutter dans la souffrance Le jour est venu où nous imposerons au front La force de nos âmes,

La force de nos cœurs et de nos bras. »

Mais ce n’est pas tant la force des bras qui compte le plus, mais celle des cœurs et des âmes. Là réside le véritable courage.

Et n'oublions pas non plus que celui qui abandonne une fois abandonnera toute sa vie !

Alors, pour toutes et tous, un seul mot d'ordre: NE PAS SUBIR !

Parachutiste

29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 11:19

~~ Voilà un article qui mériterait de se trouver en pleine page de nombreux journaux mais je sais, les journalistes ont d’autres chats à fouetter, d’autres sujets plus importants pour eux et notre société, surtout plus urbains ou de basse “politique politicienne” ....... alors un Gendarme, payé pour cela !!!!!! Voyez le même jour en première page de nombreux quotidiens la dure réalité des choses : 2 journalistes abattus en direct, en USA....

Adieu Laurent. Adieu camarade. > > > > Hier nous t’avons perdu. Tu étais sans doute prêt à une mission de routine sur l’autoroute avec ton équipier. La routine, celle dont nous savons tous qu’elle n’existe pas, qu’elle revêt trop souvent l’apparence de la tranquillité avant un déferlement soudain de violence. > > > > Des coups de feu dans un camp de gens du voyage. Pas de question, pas de recul possible. Faut y aller. Situation qui n’a rien d’extraordinaire. Ce n’est pas faire un mauvais procès que de le dire. Et l’heure n’est vraiment pas à la polémique. Cela fait partie des interventions urgentes et délicates. Celles qui interrompent le calme d’une patrouille ou d'un service jusque-là sans histoire, les discussions sur les enfants qui reprennent bientôt l’école, les propos anodins sur le métier, les projets d’avenir, le souvenir souriant peut-être d’un baiser avant d’endosser l’uniforme, de sangler ton équipement et de chausser ton arme à l'étui. > > > > Sur place c’est un carnage. Trois morts dont un bébé. Des hurlements. L’auteur est là. Armé. Fusillade. Tu t’écroules, grièvement blessé, dans une odeur mêlée de poudre et de sang. > > > > Comment expliquer à ceux qui ne connaîtront jamais ce genre de situation le mélange de peur, d’adrénaline, de courage, de fureur, d’abnégation et de souffrance dans ces poignées de secondes martelées par des détonations ? > > >

> Tu es tombé « au feu ». Expression militaire paradoxale dans un pays en paix. Parce que l’homme est parfois, et quelles qu’en soient les raisons, une bête capable de toutes les sauvageries, de toutes les violences. Nous le savons parfaitement, crûment, tous ceux qui vivent ou ont vécu cette réalité et les discours feutrés de ceux qui s’imaginent autorisés à l’analyse sans rien y connaître ne la changeront pas. Nos rangs s’éclaircissent parfois de ceux qui le payent de leurs vies et des autres, innombrables, qui doivent soigner leurs blessures. Victimes de certains de leurs propres concitoyens. > > > > Victimes du devoir.

Celui qui dicte d’offrir sa vie pour en protéger d’autres. Sans faillir. Ce devoir que ne connaissent plus, majoritairement, que ceux qui portent un uniforme, qu’il soit bleu ou kaki. Tu avais la fierté de faire partie de ces deux engagements, à la fois militaire et chargé d’une mission de sécurité publique. Tu as fait honneur à la Gendarmerie et au-delà à tous ceux qui sont prêts à s’exposer jusqu’au bout, à tous ceux, femmes et hommes, qui portent une tenue bleue. > > > >

Nous sommes tous fiers de toi même si cela n’enlève rien à l’immensité de notre peine, à ce grand gouffre dans lequel nous sombrons toujours comme pour l’accompagner quand un de nos camarades chute définitivement sur la fine ligne du devoir. Beaucoup laisseront échapper une larme lors de tes obsèques, à l'unisson des sanglots lents de la marche funèbre, lorsque nous entendrons raisonner l’hommage officiel que nous connaissons malheureusement par cœur. Et trop de Français oublieront que leur sécurité est à ce prix. Que c’est toi et ton équipier blessé qui ont payé hier le prix sanglant et douloureux de leur paix. Qu’il se remette vite. > > > >

Sache Laurent, mon camarade, mon frère d’arme que je ne connais pas, que tu es en pensées ce matin dans tous les véhicules de patrouilles quelles que soient leurs sérigraphies. Dans toutes les mémoires des dizaines de milliers des membres des forces de l’ordre et de leurs vétérans. Et aussi sans doute dans celles de beaucoup de tes compatriotes qui honorent ton sacrifice. > > > > Mais cela n’enlèvera rien à la douleur profonde de ceux qui t’aiment ou partageaient ta vie, au vide immense dans lequel restent tes deux enfants qui ne te serreront plus jamais dans leurs bras avec amour, à la détresse de tes camarades. > > > >

Ce matin ta mort en service était cantonnée page 5 de mon quotidien régional dans la rubrique des simples « faits divers ». Ma tristesse avait un goût de cendres en le refermant d’un geste rageur. Je préfère ne pas te dire où se trouvaient les priorités éditoriales, elles ne méritent même pas d'être citées.

Ce manque de reconnaissance souligne pourtant bien plus pour nous la grandeur de ton sacrifice. Et la hauteur du sacerdoce de tous ceux partis depuis hier sur le terrain comme chaque jour pour garder la paix publique. > > > >

Nous n’en sommes tous, unis dans la peine immense de ton décès, qu’encore plus fiers de toi. De l’exemple que tu es pour nous. Que tu devrais être pour tous les Français unis dans un deuil national. > > > >

Adieu Laurent. Adieu camarade. > > > >

Puisses-tu reposer en paix et ceux qui t’aiment la retrouver un jour malgré le manque de ta présence.